La rencontre


La rencontre à trois se prépare minutieusement : adulte et jeune se concertent avant et après l'interview pour faire le point, préparer et adapter leurs questions suivant les méandres du récit. L'échange intergénérationnel est à son plus haut niveau, la parole de l'aîné(e) suscitant précisions, questions, réflexions.

Organiser la rencontre

Prévoir le rythme


Pour les biographies, on prévoit une rencontre par semaine à raison de ¾ d’heure à 1 h par interview, suivant la fatigabilité des personnes, et ce, pendant dix semaines.

Pour le bouquet d’expériences, la durée des écoutes est réduite à 3 à 4 semaines pour chacune des histoires.

Image by DuoNguyen

Formaliser et documenter l'interview

Lors de la première rencontre, nous reprécisons à la personne âgée notre projet, le déroulement des semaines qui vont suivre et le résultat final attendu.

On regarde ensuite si la personne a conservé des documents pour l'aider à "remonter le temps". Dès le début, et si la personne âgée en est d'accord, on peut envisager de prendre contact avec la famille, cela pourra être utile pour demander ultérieurement des documents historiques ou des photos.

 

Etablir sa généalogie pourra-t-elle l'aider ? Si oui, on demande si elle dispose de documents, livret de famille ou autres,  pour engager les recherches, et on lui fait signer un engagement de recherches généalogiques.

Préparer la rencontre suivante

Après chaque rencontre, le binôme fait le point. Il commence par le rappel des informations recueillies et  détermine les points qui semblent intéressants à développer :  ceux qui font émerger une personnalité en devenir, qui montrent la résilience devant l'adversité, qui s'insèrent dans un évènement historique, etc.

C'est au binôme d'imaginer les chemins du dialogue qui aboutira à l'histoire d'une vie enrichissante pour tous.

senior-avec-femme.jpeg
Faire émerger les souvenirs

Les multiples astuces que l'on trouve sur le web pour mener une interview s'adaptent rarement aux situations vécues. Mais elles peuvent rassurer pour démarrer. Ainsi, on peut commencer par

  •  Établir l'environnement de la personne interviewée : les personnes influentes pour elle, les dates importantes de sa vie...

  • S'appuyer sur des albums photos, de la correspondance, des objets : une cour d'école, une maison, un meuble...

  • Évoquer des sons : une chanson d'époque, un bruit familier ou des odeurs : le parfum maternel, la tarte aux cerises...

Si l'on a peur de manquer de questions, on peut s'aider d'un petit pense-bête :

  • La présentation de la personne : ses passions et loisirs, ses goûts et opinions, sa famille, son entourage, les  “rapportés”, ses amis, ses voisins, ses animaux familiers.

  • Le déroulement de sa vie : depuis la naissance, la petite enfance, la scolarité, l’adolescence, les études, la vie professionnelle, la santé.

  • Les points forts de sa vie : les plus beaux souvenirs, les moments difficiles.

  • Les traditions : les recettes de famille, les dictons et comptines, les meubles, le bêtisier familial.

 

Les spécificités du bouquet d'expériences

Le bouquet d'expériences est constitué de cinq rencontres de personnes différentes. Il va évoquer des d'expériences insolites ou porteuses de sens vécues par les anciens. 

Ce bouquet peut aussi s'articuler autour d'un seul thème  : le mariage, l'école, la guerre, etc. vécu par 5 personnes différentes.

 

Il est nécessaire de contextualiser ces plus courtes expériences pour en exprimer toute la richesse. Le questionnement de l'adulte et du jeune doit faire ressortir toute la palette des circonstances, favorables ou défavorables, intérieures ou extérieures, qui ont empêché, favorisé ou créé cette histoire.

Pour aller plus loin sur les histoires de vie en sociologie

Manier l'enregistreur 

Les deux écoutants doivent être formés à l’enregistreur numérique de façon à ce que le jeune ne soit pas cantonné très vite à un rôle de “technicien”.
 

Les instants mémorables ou les souvenirs que la personne souhaite transmettre de vive voix (une chanson ancienne, une recette...) font l'objet de podcasts, accessibles par QR Code à l'intérieur du  livret. 

C'est pourquoi, si les notes peuvent être manuelles, en cas de débit très lent par exemple, l’interview doit toujours être intégralement enregistrée.

Les enregistreurs utilisés sont spécialement équipés pour placer des repères permettant de retrouver plus facilement les instants qui deviendront des podcasts plus tard.
 

Dans la partie Ressources voir le matériel nécessaire.

Image by Soundtrap
Image by Gabrielle Henderson
Transcrire le plus tôt possible

La transcription s’effectue par l'adulte, de retour à la maison, dans un délai le plus près possible de l’interview, alors que les souvenirs des émotions, des silences sont encore présents.
 

Il est important d’évaluer rapidement le nombre d’heures nécessaires pour la retranscription de chaque interview.

  • En général, 15 mn d’entretien demandent une heure de transcription, mais c’est très variable selon les individus.
    Pour 1h d’interview, on retranscrit environ 14 pages.

  • Si la retranscription pose trop de problèmes, on peut se faire aider par des bénévoles qui se sont portés volontaires.

  • Si les voix sont assez distinctes, on peut essayer de charger le fichier audio sur un outil de transcription gratuit, comme O'Transcribe.  On laisse l'outil dicter et retranscrire, ensuite on fait les corrections et on rajoute les mots manquants. On peut gagner ainsi un temps précieux.